Le Master Professionnel en visite aux Archives Nationales. Acte 1 : L’hôtel de Soubise et de Rohan

visite_anCe jeudi 13 février 2014, la promotion 2013-2014 du Master Professionnel Métiers des Archives de l’Université Lyon 3 s’est rendue à Paris, aux Archives Nationales. La journée s’est déroulée en deux parties : la matinée à l’hôtel de Soubise et l’après-midi sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Cette visite s’inscrivait dans le cadre de notre formation, et a été rendue possible par la participation financière de la faculté Lyon III qui a offert le transport.
A notre arrivée à l’hôtel de Soubise, nous avons été accueillis parmaquette_an Mme Annick Pegeon, co-responsable du service éducatif aux Archives nationales. Cette dernière nous a tout d’abord présenté les différents bâtiments qui composent le « quadrilatère des Archives » : ici nous avons pu visualiser ces derniers grâce à une maquette présente à l’entrée de l’hôtel. Rassemblés autour de cette maquette, Mme Pegeon nous a rapidement balayé l’historique et les anecdotes qui entourent ces lieux.
Les Archives Nationales ont été créées le 12 septembre 1790 par l’Assemblée constituante. Elles sont le « dépôt de tous les actes qui établissent la constitution du royaume, son droit public et sa distribution en départements ». C’est avec la loi du 25 juin 1794 (7 messidor an II), que le rôle des Archives Nationales a été défini, elles doivent centraliser les archives de la Nation et permettre le libre accès des archives aux citoyens.
L’installation dans l’hôtel de Soubise, que nous avons pu découvrir durant la matinée, date du 6 mars 1808, sur décision de Napoléon Ier, en attendant la construction d’un bâtiment spécifique au Champs de Mars. Ce lieu devait en effet, n’être qu’un dépôt provisoire mais la chute de l’empire napoléonien a conduit à l’arrêt de tout projet. Avec l’avènement de Louis Philippe, puis de Napoléon III, l’hôtel de Soubise s’est vu entouré de « grands dépôts », faisant face au manque de place pour la conservation des archives. En 1927, l’hôtel de Rohan, qui était auparavant, occupé par l’Imprimerie nationale, est alors affecté aux Archives Nationales et va servir à la conservation des minutes des notaires parisiens. Un nouveau bâtiment est inauguré en 1988. Il s’agit du Centre d’Accueil et de Recherche des Archives Nationales, le CARAN, qui est dédié aux publics et chercheurs. Tous ces bâtiments forment ainsi le célèbre « quadrilatère des Archives ».
Devant la saturation des magasins des sites de Paris et de Fontainebleau (affecté aux Archives Nationales en 1972) il fut décidé de construire un nouveau bâtiment, et ce à Pierrefitte-sur-Seine. Aujourd’hui, le site parisien des Archives Nationales conserve les archives publiques de l’Ancien Régime ainsi que les archives du minutier central des notaires de Paris.

La visite des bâtiments

L’hôtel de Soubise :

Nous avons poursuivi notre matinée au sein de l’hôtel de Soubise par la visite notamment des appartements. Le 27 mars 1700, l’hôtel appartenant aux Guises depuis plusieurs siècles, est acheté par François de Rohan, prince de Soubise et sa femme Anne Chabot de Rohan. C’est à l’architecte Pierre-Antoine Delamair que l’on doit la transformation des lieux en une résidence somptueuse. Il a notamment aménagé la Cour d’Honneur en hémicycle que nous avons pu voir dès notre entrée aux Archives Nationales, par la rue des Franc-Bourgeois. Accompagnés de Mme Pegeon nous nous sommes d’abord rendus dans la salle Empire, où nous avons découvert les différents contenants et conditionnements, dans lesquels au fils des siècles les documents ont pu être conservés, du Moyen Âge au XXe siècle.
appartementNous avons découvert, par la suite, les appartements du prince et de la princesse décorés dans un style classique et rocaille. Ces derniers ont été aménagés par Germain Boffrand sous les ordres du fils de François de Soubise, Hercule Mériadec et de son épouse Marie Sophie de Courcillon.
Aujourd’hui les archives de France proposent des visites guidées de l’hôtel de Soubise. Comme ont pu le constater les étudiants, le mobilier est encore présent dans les différentes pièces de l’hôtel, ainsi que de nombreux documents, objets, tableaux…

Les dépôts d’archives :

Suite à la visite des différentes pièces de l’hôtel de Soubise, nousmagasin_archives sommes allés à la découverte des magasins d’archives. Ces magasins ne ressemblent en rien aux autres lieux de stockage que l’on a découvert durant l’année de master, de par leur nature, leur grandeur, leur somptuosité…
Nous avons pu découvrir les différentes pièces qui composent ces grands dépôts, dénommées des grands noms de ceux qui ont eu un impact sur l’histoire des Archives nationales : la salle Napoléon, Louis Philippe, la salle du Trésor des Chartes… Les différentes pièces ont révélé un nombre important d’archives uniques et de toutes les époques. Nous avons pu découvrir de nombreux documents, notamment le serment prêté par les Lyonnais aux commissaires du roi Philippe V le Long en avril 1320 et les sceaux qui l’accompagnent, les registres du conseil des finances datant du XVIIème siècle, également des documents plus contemporains notamment des lettres de déportés juifs au maréchal Pétain.
Nous nous sommes ensuite rendus devant l’élément incontournable de ces Archives nationales : « l’armoire de fer ». C’est en 1866 que Napoléon III fait installer cette dernière, précédemment déposée aux Tuileries puis dans l’hôtel de Soubise. Il s’agit d’un coffre-fort, au cœur des « grands dépôts » qui renferme de nombreux documents considérés comme précieux pour l’histoire nationale (le Serment du jeu de Paume, la dernière lettre de Marie-Antoinette, le testament de Napoléon Ier, et les différents textes constitutionnels qui régissent notre pays…).

Le site des Archives de France propose une visite virtuelle des bâtiments : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/viviane_paris/

La restauration des archives :

atelier_restaurationLa matinée s’est conclue à l’atelier de restauration des Archives nationales, où nous avons été accueillis par le responsable de ce dernier.
Différents aspects ont été alors abordés : tout d’abord la question des différentes méthodes de restauration qui ont cours dans cet atelier, notamment sur le papier et le parchemin. Les solutions utilisées lors de la restauration des documents ont été mises en avant, notamment avec le papier japon et la colle d’amidon pour les déchirures de certaines archives dues aux dégradations du temps, aux mauvaises manipulations et parfois même aux dégâts des insectes, aussi le traitement des affiches et des plans cornés alors mis sous presses pour les aplanir… Cette présentation a été aussi l’occasion de montrer aux étudiants des techniques tentant de re-fabriquer des supports d’antan, notamment des reliures.
Cette présentation a été surtout l’occasion de soulever la question importante de l’intérêt de la restauration notamment des raisons techniques, quand le document doit être prêté ou exposé lors d’une manifestation, aussi car il s’agit d’un document très consulté par les lecteurs qui les manipulent souvent, ou vraiment très dégradé par le temps ou d’autres facteurs environnementaux…Face à ces futurs archivistes, le responsable a tenu à faire passer l’idée importante d’une restauration qui doit rester minime, sans agression pour le document et doit être aussi réversible. C’est surtout la question de la conservation préventive qui est importante à aborder.

entree_an

La promotion souhaite ici remercier vivement Mme Annick Pegeon pour son accueil et ses nombreuses explications données lors de la visite. Elle tient également à remercier la faculté Lyon III grâce à qui cette visite fut possible.

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques de la promo, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s