Le Master Professionnel Métiers des Archives en visite aux Archives Nationales. Acte 2 : Le site de Pierrefitte-sur-Seine

groupeAprès une matinée passée à l’hôtel de Soubise et de Rohan, l’après-midi du jeudi 13 février 2014 a été consacrée à la découverte d’un site des Archives Nationales, celui de Pierrefitte-sur-Seine. Nous avons été reçus par Edith Pirio.
L’après-midi s’est déroulée d’abord par la découverte du nouveau bâtiment, puis une visite de ce dernier avec pour fil rouge le cheminement d’un document, de son arrivée jusqu’à sa consultation en salle de lecture, et enfin un petit arrêt en salle informatique afin de présenter aux étudiants, le site internet des Archives nationales ainsi que la nouvelle salle des inventaires virtuelle.

Un nouveau bâtiment pour les archives de France

Face à la saturation des sites de Paris et de Fontainebleau, la construction d’un nouveau bâtiment était indispensable. Le 9 mars 2004, le président de la République, Jacques Chirac annonçait que ce nouveau bâtiment serait construit sur le site de Pierrefitte-sur-Seine. Cinq projets architecturaux étaient alors en compétition et ce fut le projet de l’architecte italien Massimiliano Fuksas qui fut retenu le 10 mai 2005. L’architecte a fait une description de son projet, disponible sur le site internet des Archives Nationales, il « a bâti son projet sur une analyse de la géographie des lieux et des différentes échelles du site, à la recherche d’un dialogue avec la ville environnante. A l’est, un bâtiment, bien ancré au sol, imposant, réfléchissant et précieux, héberge les magasins d’archives et la grande salle de lecture. Haut de 38 mètres, long de 160, il est habillé d’une peau en aluminium avec une trame en losange au niveau de la salle de lecture et des circulations. À l’ouest, des volumes légers et transparents, suspendus, contiennent les espaces d’accueil et les bureaux. L’ensemble de ces volumes se multiplie dans un jeu de réflexion sur la façade en aluminium du bâtiment d’archives ainsi que sur les bassins d’eau. »
maquette_pfNous avons pu visualiser le bâtiment dans son ensemble par la découverte d’une maquette de ce dernier, exposé dans l’entrée principale de la structure. Il s’agit donc d’un bâtiment divisé en deux grandes parties. La première imposante en volume comporte les 220 magasins permettant d’accueillir 320 km linéaires d’archives, et accueille également la salle de lecture au rez-de-chaussée. La seconde partie est, elle composée de plusieurs ensembles appelés satellites, qui paraissent suspendus. Ils sont reliés entre eux et à la première partie par des passerelles toutes en transparence. Ces satellites sont réservés aux bureaux professionnels, à l’accueil du public, aux salles de conférences…
La première pierre du bâtiment a été posée par le Premier Ministre François Fillon et le Ministre de la culture et de la communication Frédéric Mitterrand, le 11 septembre 2009. Le déménagement des autres sites parisiens a débuté en 2012. Edith Pirio a ainsi affirmé que malgré l’ampleur de la tâche, le nombre important de cartons à déménager, rien n’a été perdu mais cependant l’espoir de voir réapparaître des documents égarés auparavant a été déçu. Le 11 février 2013, le bâtiment a été inauguré par le Président de la République François Hollande et la Ministre de la culture et de la communication Aurélie Filippetti. Le site conserve actuellement les archives publiques de la Révolution à nos jours ainsi que les archives privées de toutes dates. Les Archives Nationales de Pierrefitte-sur-Seine représentent aujourd’hui le plus grand dépôt d’archives d’Europe, et le second plus grand centre d’archives au monde après le National Archives and Records Administration (NARA) aux Etats-Unis.

Au cœur du bâtiment : de l’arrivée des documents à leur consultation

Pour bien comprendre le fonctionnement de ce grand bâtiment d’archives, nous avons effectué le parcours d’un document, de son arrivée, aux étapes nécessaires avant sa mise en consultation et sa mise à disposition des lecteurs. Pour cela, nous nous sommes rendus, tout d’abord au sous-sol du bâtiment, sur les quais de déchargement, premier point de chute des documents lors de leurs versements. Cet espace était un lieu central durant le déménagement de 2012, pouvant voir des dizaines de camions par jour, transportant les archives des autres sites parisiens. Pour éviter tout risque de contamination avec les autres documents, certaines archives souvent infestées, dégradées sont alors mises en quarantaine.
magasin_plansNous avons pu par la suite visiter différents magasins, remplissant toutes les conditions indispensables à une bonne conservation des archives. Nous avons notamment pu entrer dans un magasin consacré à la conservation des plans, et ainsi découvrir les nombreux meubles à plans adaptés à la bonne conservation de ce genre de documents, et renfermant un certain nombre de type d’archives, notamment des plans, mais aussi des affiches, des estampes…
La dernière étape du cheminement du document est passée par la visite de la salle de lecture. Tout d’abord, du côté des archivistes, nous nous sommes rendus à la banque d’accueil destinée aux lecteurs, dans les locaux de stockage des archives qui doivent être consultées dans la journée, cet espace fonctionnant avec un code couleur permettant ainsi une réintégration plus rapide dans les magasins. Et ensuite du côté des lecteurs, nous avons ainsi pu découvrir une très grande salle de lecture, pouvant accueillir 310 lecteurs alliant modernité et fonctionnalité. L’espace est divisé en différentes parties, une salle servant à la consultation des microfilms, avec un certain nombre d’appareil de consultation et de meubles renfermant les microfilms en libre communication, permettant une autonomie des lecteurs, une salle de consultation pour les documents administratifs, aussi une salle des inventaires… Tout est fait au sein de cette salle de lecture pour assurer une grande fonctionnalité à l’égard des lecteurs, des petits chariots sous les tables pour permettre aux lecteurs de déplacer les archives quand elles sont trop lourdes ou encombrantes, des câbles internet ainsi que des grands espaces de travail…

Un logiciel de gestion des archives sur mesure pour les archives de France

Après avoir visité les locaux, Edith Pirio nous a fait découvrir le nouveau site internet des Archives de France ainsi que la nouvelle Salle des Inventaires Virtuelle (SIV).
Elle a insisté sur la volonté d’avoir un logiciel adapté aux Archives de France mais également sur le souhait d’avoir un site recensant le plus grand nombre d’inventaire possible. Ce souhait s’est concrétisé par la mise en place d’une salle des inventaires virtuelle.
Le site officiel de l’administration française (www.service-public.fr) indique les fonctions de la salle des inventaires virtuelle : « Cette salle virtuelle permet de créer un espace personnalisé à partir duquel il est possible d’effectuer les démarches nécessaires pour préparer une consultation en salle de lecture. Vous pouvez ainsi :
vérifier l’existence d’une cote,
– constituer des listes personnelles de cotes,
– adresser des demandes de recherche ou de reproduction,
– solliciter une dérogation ou une autorisation ou toute autre levée de restriction,
– consulter l’historique de vos demandes,
– suivre celles qui sont en cours et réserver un article pour la consultation à une date donnée. »

Si l’on parcourt cette SIV, on remarque qu’elle est composée d’une page d’accueil et de 4 onglets présentant cette salle des inventaires :
Consultation et services en ligne
Conseil pour la recherche : une centaine de fiches thématiques d’aide à la recherche classées en trois rubriques : « pour commencer », « pour aller plus loin », « guide thématique du minutier central »
Plan d’orientation générale : les fonds conservés sont classés en 4 rubriques : Ancien Régime, période contemporaine, archives d’origine privée, minutes des notaires de Paris
Recherche multicritère

La plupart des inventaires sont consultables dans la salle des inventaires virtuelle, mais certains n’ont pas encore étaient transférés dans la SIV. Ils sont encore consultables à l’adresse suivante : https://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/sia/web/guest/inventaires

an_vue_ensemble

La promotion souhaite ici remercier vivement Mme Edith Pirio pour son accueil et ses nombreuses explications données lors de la visite commentée des bâtiments. Elle tient également à remercier la faculté Lyon III qui lui a permis cette visite.

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques de la promo, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s