Regards croisés sur la Grande Collecte aux Archives départementales de l’Allier et de la Loire

Étudiantes en master professionnel Métiers des Archives à l’université Lyon 3 et respectivement stagiaires aux Archives départementales de l’Allier, et aux Archives départementales de la Loire, nous tentons de proposer à travers cet article un regard croisé sur le bilan de la Grande collecte dans ces deux départements et également sur les modes de valorisation de ces documents au sein de ces deux structures.

Qu’est-ce que la Grande Collecte ?

A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, le projet Europeana 1914-1918 a lancé une opération de collecte digitale lancée par la bibliothèque numérique européenne. Cette collecte a pour but de créer une collection d’objets et de documents de la Première Guerre Mondiale accessible à tout le monde, dans le but de commémorer cet événement.

La France participe, elle, à ce projet européen par le biais de la Grande Collecte. Cette dernière est organisée conjointement par le Service Interministériel des Archives de France (SIAF), la Bibliothèque Nationale de France (BNF) et la Mission du Centenaire. Ainsi du 9 au 16 novembre 2013, et ce dans plus de cent points de collecte répartis sur tout le territoire, notamment aux Archives départementales, tous les particuliers détenant des documents de la Première Guerre Mondiale (photographies, cartes postales, correspondances, récits de guerre, livrets militaires, carnets de notes, artisanat des tranchées, divers objets) ont été invités à les déposer pour les faire numériser. Une fois la numérisation faite, ils pouvaient soit reprendre leurs archives, soit les laisser en dépôt ou en don dans les lieux de collecte.

La première Guerre Mondiale a touché la France entière. Durant ce conflit il a été rédigé de multiples archives personnelles conservées pour la plupart encore dans les familles. Ainsi la Grande Collecte est une occasion de transmettre son patrimoine culturel lié à cette guerre et d’enrichir la mémoire collective.
Par la suite diverses finalités attendent les documents collectés et numérisés : mise en ligne avec l’accord des personnes sur le site Europeana, expositions dans les lieux de collecte, expositions numériques, mise en ligne sur les sites internet des lieux de collecte et toutes autres formes de valorisation, donnant vie à ces archives.
La Grande Collecte a connu un grand succès, ce qui a entraîné le prolongement de l’opération dans de nombreux lieux.

Pour en savoir plus :
Mission du Centenaire
Bibliothèque Nationale de France 
Europeana 1914-1918

Le bilan de la Grande Collecte aux Archives Départementales de l’Allier et de la Loire

gc_image1

Figure 1 : Archives départementales de la Loire, photographie par Olivier Rigot

Aux Archives départementales de l’Allier à Moulins, la Grande Collecte a donné lieu à l’accueil d’une soixantaine de fonds, pouvant concerner chacun un ou plusieurs soldats (il est en effet souvent le cas que les familles déposent les archives concernant un ou plusieurs membres de leurs familles, mobilisés durant ce conflit). Parmi ces fonds, on peut totaliser actuellement une cinquantaine de prêts et une dizaine de dons. Dans la Loire, la Grande Collecte a attiré une centaine de personnes sur le site de Saint Etienne, et plusieurs personnes lors de la permanence faite à Roanne. A ce jour deux cent personnes ont déjà déposé ou donné leurs documents familiaux. Comme l’a indiqué Jean-François La Fay, qui est chargé du projet de la Grande Collecte, cela montre « l’intérêt des ligériens pour leur patrimoine écrit et pour l’histoire de la Grande Guerre ».

Dans ces deux départements la Grande Collecte a connu un grand succès, ce qui a incité, dans les deux cas, les Archives départementales à poursuivre la collecte. Ainsi dans l’Allier, des documents continuent à affluer pour numérisation, tandis que dans la Loire, une centaine de personne attendent d’être recontactées pour faire numériser leurs archives.

Les particuliers apportant leurs documents aux Archives départementales de l’Allier sont reçus par le directeur Denis Tranchard ou par la directrice adjointe, responsable des services au public, Véronique Poupin ; aux Archives départementales de la Loire, ils sont reçus par Jean-François La Fay et Nathalie Devillard.
Ces derniers accueillant ces personnes, récoltent alors le maximum d’informations sur la ou les personnes concernées par les documents. Par la suite, les documents sont numérisés par Odile Saulnier-Daude, Bérangère Lafond et photographiés par Olivier Rigot pour les objets aux Archives départementales de la Loire, par Philippe Chenel aux Archives départementales de l’Allier. Une fois tout ce travail effectué les documents sont décrits et répertoriés dans Gaïa, logiciel de gestion d’archives possédé par les Archives départementales de la Loire. Aux Archives départementales de l’Allier, les documents numérisés sont analysés et répertoriés au sein d’une grande base de données.

La Grande Collecte a permis aux Archives départementales de ces deux départements de recueillir et numériser divers types de

Figure 2 : Archives départementales de l'Allier, photographie par Philippe Chenel

Figure 2 : Archives départementales de l’Allier, photographie par Philippe Chenel

documents : des cartes postales des endroits où les soldats ont pu être cantonnés avant d’être envoyés au front, de nombreuses lettres à leurs familles, souvent pour les rassurer sur leur situation ou pour leur raconter leur quotidien, des carnets rédigés par des soldats faits prisonniers par les Allemands, des carnets écrits au jour le jour, des photographies, des livrets militaires, des diplômes certifiant la participation à une bataille, des médailles, mais également de nombreux objets : artisanat de tranchées ou objets de la vie quotidienne des soldats.

Figure 3 : Archives départementales de l'Allier, photographies par Philippe Chenel

Figure 3 : Archives départementales de l’Allier, photographies par Philippe Chenel

Figure 3 : Archives départementales de l'Allier, photographies par Philippe Chenel

Figure 3 : Archives départementales de l’Allier, photographies par Philippe Chenel

Quelle(s) valorisation(s) pour ces fonds ?

Les Archives départementales de l’Allier ont une politique de valorisation active. Pour cela, tout le travail d’analyse à partir de la base de données permet de sélectionner et de mettre en avant les documents les plus significatifs de cette période. Il s’agit d’un travail long mais très enrichissant. La politique des Archives départementales est de mettre en avant les documents qui montrent le côté humain de cette période, au-delà des documents administratifs, des documents statistiques nombreux sur cette période.

De nombreuses actions sont alors mises en œuvre. Au travers du service éducatif, l’idée est de faire travailler dans un premier temps les élèves sur des documents emblématiques, notamment des lettres souvent très nombreuses au sein des fonds déposés, leur faisant ainsi percevoir d’une autre manière, par le regard d’un Poilu en plein cœur du conflit, ce que ce dernier a pu vivre, et également percevoir par les réponses aux lettres, la situation à l’arrière. Une activité pédagogique est ainsi mise en place, il s’agit de faire travailler les élèves par ateliers sur les documents de différents soldats notamment sur le registre matricule ou le livret militaire, et sur des lettres ou des carnets rédigés par ces derniers. Ceci a pour finalité la rédaction d’un résumé sur la période de la mobilisation et la prise en compte de l’état d’esprit et des sentiments des soldats et de la population qui les entourent face à ce début de guerre. Une autre activité est en cours de préparation sur l’expérience combattante. D’autres modes de valorisation des documents numérisés sont aussi à prendre en compte notamment grâce au site internet des Archives et au travers de l’exposition virtuelle déjà présente (« l’Allier dans la Première Guerre mondiale »); il s’agit ici après une sélection précise des documents d’enrichir cette exposition et notamment la partie consacrée aux portraits des Poilus (« les sources et les témoins, portraits de Bourbonnais dans la Grande Guerre »), il s’agit de faire un portrait des poilus originaires de l’Allier et d’y insérer des documents issus des fonds numérisés. Aussi les Archives départementales de l’Allier ont le projet d’une exposition portant sur le Centenaire de la Grande Guerre, se déroulant à l’automne prochain.

Dans la Loire la politique de valorisation des fonds récoltés lors de la Grande Collecte est différente de ce qui se fait dans l’Allier. En effet, les Archives départementales ont pris la décision de valoriser ces nombreux fonds par une mise en ligne sur leur site internet et ainsi de rendre accessible à tous ces documents inédits.
Le 22 avril 2014, a eu lieu l’inauguration de la mise en ligne de cesgc_image5 fonds ; elle a réuni une centaine de personnes, principalement les propriétaires des documents. Pour l’occasion, un certain nombre de documents donnés étaient exposés à l’entrée de la salle de conférence.
Cette inauguration a été l’occasion de remercier les ligériens pour leur engouement pour la Grande Collecte mais également pour expliquer le fonctionnement et les modes de consultation des documents numérisés. Ainsi, pour accéder aux fonds de la Grande Collecte sur la page des Archives départementales de la Loire  (à ce jour une trentaine de fonds sont en ligne et les autres seront mis en ligne progressivement), il faut se rendre sur la page « Archives en ligne », puis dans la rubrique « Grande Guerre 1914-1918 ». Les fonds sont alors classés par noms de soldats ou de familles. Afin de faciliter les recherches plusieurs index ont été créés. Ainsi, il est possible de chercher par nom de personnes, par noms de lieux, par thèmes et par types de documents.

Ce regard croisé permet de mettre en avant le bilan de cette Grande Collecte. Autant dans l’Allier que dans la Loire et certainement dans d’autres structures, la Grande Collecte a eu un grand succès, ceci permettant de donner un élan supplémentaire à la commémoration de la Première Guerre mondiale. Dans l’Allier comme dans la Loire, ce succès a incité les Archives départementales à continuer afin de satisfaire à toutes les demandes de prêts ou de dons. Il a également été mis en évidence les deux politiques de valorisation de ces fonds. Bien que les politiques de valorisation soit différentes, l’objectif reste le même : permettre à tous d’avoir accès à des documents inédits et d’enrichir la mémoire collective sur cette période de notre Histoire.

Sabine BRUNHES (stagiaire aux Archives départementales de l’Allier), Marion RIVIERE (stagiaire aux Archives départementales de la Loire), étudiantes du Master Professionnel « Métiers des Archives » de Lyon 3, promotion 2013-2014.

 

 

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Chroniques de la promo, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s